Demandeur d’emploi en création d’activité : ARE ou ARCE, quelle différence ?

En tant que demandeur d’emploi en création d’activité, vous pouvez bénéficier, alternativement :

  • De l’ARE :

L’Aide au retour à l’emploi est une allocation journalière versée chaque mois par Pôle Emploi jusqu’à épuisement des droits.

Elle peut être sollicitée par le demandeur d’emploi qui souhaite créer une entreprise, à condition de :

Si ces conditions sont remplies, l’ARE pourra se cumuler avec la rémunération perçue grâce à l’activité non salariée.

Le nouveau salaire perçu sera néanmoins pris en compte lors du versement de l’allocation, à deux égards :

  • Le montant de l’ARE sera minoré d’un certain pourcentage de la rémunération issue de l’activité non salarié,
  • Le cumul entre l’allocation et le salaire issu de l’activité non salariée ne pourra excéder le salaire journalier de référence reçu dans le cadre du dernier emploi.

L’option pour l’ARE permet donc de percevoir un revenu mensuel régulier jusqu’à l’épuisement des droits, à condition de ne pas percevoir des revenus trop importants par l’intermédiaire de l’activité créée. 

Pour les créateurs positionnés sur des activités à démarrage lent, il s’agit de l’option la plus favorable, dès lors qu’elle permet de se rémunérer et de consolider sa trésorerie en attendant que l’entreprise mette en place son modèle économique.

  • De l’ARCE :

L’ARCE consiste à recevoir ses allocations chômage sous forme de capital.

Elle peut être sollicitée par le demandeur d’emploi qui souhaite reprendre ou créer une entreprise, à condition :

  • De remplir les conditions pour bénéficier de l’ARE,
  • D’avoir obtenu l’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise (ACRE).

Le montant de l’ARCE est égal à 45 % du montant des droits à l’ARE restant à verser lors du début de l’activité, auquel il convient de déduire 3% correspondant au financement des retraites complémentaires.

Le versement de l’ARCE s’effectue en 2 fois :

  • Un 1er versement égal à la moitié de l’aide est effectué à la date à laquelle le demandeur d’emploi réunit les conditions d’attribution de l’ARCE,
  • Un 2d versement est versé 6 mois après la date de création ou de reprise d’entreprise, si l’intéressé exerce toujours l’activité pour laquelle l’aide a été accordée.

Cette aide financière permet ainsi de bénéficier dès le début d’activité d’une somme plus importante que le versement des allocations, utile pour les créateurs qui ont besoin de liquidités immédiates dans le but de capitaliser la création.

En outre, cette option permet au créateur de toucher simultanément la rémunération qu’il souhaite, et cela sans impact sur le versement de l’ARCE. Autrement dit, aucun trop-perçu ne doit être remboursé à Pôle Emploi, quels que soient les revenus engendrés par l’activité.

Dès lors, cette option est à privilégier lorsque l’activité entreprise nécessite des liquidités importantes au démarrage mais est susceptible de dégager une importante rentabilité dès les premiers mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut